Archives

+ Inauguration de la chaufferie biomasse de Louviers - [ 24-03-2015 ]

+ Inauguration de l'usine éolienne d'Alstom - [ 03-12-2014 ]

+ Carrière CMGO de Grand-Champ (56) - [ 03-07-2014 ]

+ Syméval usine de traitement d'eau potable - Châteaubourg (35) - [ 01-06-2014 ]

+ 1ère pierre de la chaufferie biomasse de Louviers - [ 20-02-2014 ]

+ Grand prix d'Architecture et d'Urbanisme de Haute Normandie 2014 - [ 28-01-2014 ]

+ Voeux - [ 18-12-2013 ]

+ Triglaz - Centre de tri de Plouedern - [ 05-11-2013 ]

+ Chaufferie de Franconville - [ 02-10-2013 ]

+ Centre de tri de Plouédern - [ 26-06-2013 ]

+ QUILLE CONSTRUCTION construira les usines d'éoliennes ALSTOM - [ 22-05-2013 ]

+ Usine d'eau potable de Lorient - [ 27-03-2013 ]

+ Normandie Manutention Le Havre - [ 30-01-2013 ]

+ Voeux - [ 19-12-2012 ]

+ Centre de recherche IndustriLab à Méaulte (80) - [ 03-12-2012 ]

+ Usine d'eau potable de Chateaubourg - [ 01-08-2012 ]

+ Quille Construction recrute 70 collaborateurs en alternance - [ 23-07-2012 ]

+ Station d'épuration des Ecossiernes - [ 01-03-2012 ]

+ Chaufferies Dalkia La Hague et Rosières en Santerre - [ 31-01-2012 ]

+ Voeux 2012 - [ 01-01-2012 ]

+ 1ère pierre de la chaufferie biomasse du SETOM de l'Eure - [ 17-09-2011 ]

+ 1ère pierre de tramway de l'agglomération havraise - [ 08-06-2011 ]

+ Quille Construction Industrie Environnement présente au 15ème CFIA à Rennes - [ 19-04-2011 ]

+ Extension du dépôt de maintenance du Tramway de Rouen (76) - [ 09-03-2011 ]

+ 1ère ligne de tramway de l'agglomération havraise - [ 10-11-2010 ]

+ CONCEVOIR DURABLE : journée de formation - [ 26-10-2010 ]

+ Bassin Jenner Le Havre - Inauguration - [ 10-09-2010 ]

Actualité

Usine d'eau potable de Lorient [ 1364372400 ]

Article de Presse "Ouest France" 20 mars 2013

C'est le temple de l'eau. Pourtant le Petit Paradis est actuellement à sec. Cette usine d'eau potable, à l'appellation enchanteresse, est à l'arrêt depuis le 4 mars. La monumentale fontaine s'offre une cure de jouvence, depuis début janvier.

Vous pourrez scruter les floculateurs ou les décanteurs, énormes bassins où les matières organiques de l'eau pompée dans le Scorff se déposent, vous  ne  verrez  que  des  parois  de  béton  qui  plongent  sous  terre.  Les filtres  à  sable,  bacs  géants  remplis  d'un  grain  spécialement  calibré,  se dessèchent pareillement. Pourtant l'eau coule toujours aux robinets. « Pour l'usager, c'est transparent, souligne Patricia Drouard, responsable exploitation eau potable à Lorient Agglomération. Car les secteurs desservis par  le Petit Paradis (Lorient et Larmor-Plage essentiellement, ainsi qu'en appoint pour six communes) sont  actuellement alimentés par l'usine de Coët-er-Ver,  qui puise dans le Blavet à Hennebont. »

L'eau est acheminée jusqu'à l'usine de Keryado, déjà traitée, où certains équipements restent utiles : deux réservoirs de 12 millions et 3 millions de litres. Sans oublier le majestueux château d'eau, qui permet à l'eau surélevée d'arriver avec de la pression jusque dans votre douche.

 Charbon et membranes

Pendant cet arrêt, le Petit Paradis n'est pas un sanctuaire sans vie. Une grue et des ouvriers de Quille s'activent, à droite de l'entrée. La belle pelouse est devenue trou béant, où l'on coule de hautes parois de béton. Le coeur de la nouveauté, qui permettra un nouveau traitement de l'eau du Scorff.

Auparavant, on utilisait différents moyens mécaniques (décanteurs, filtres à sable) que complétaient principalement des ozoneurs. Inconvénient, ces gros cylindres qui injectent de l'ozone entraînaient l'apparition de produits indésirables dans l'eau, qu'il fallait éliminer.

Demain, sus aux ozoneurs. Le précieux fluide s'écoulera toujours dans les bassins de décantation et autres, rénovés, mais il passera désormais par l'extension en cours de construction. « Une première étape avec des filtres à charbon actif, détaille Alain Ullois, responsable production-adduction. Une seconde avec  des membranes. » Qui ressemblent à des tubes remplis de pailles si serrées que l'eau sous pression est filtrée à un niveau extrême : tout ce qui est supérieur à 0,01 micron ne passe pas. Ces fameuses membranes sont ainsi capables de retenir hormones, pesticides, virus ou pollens !

Presque  10 millions d'euros

La partie ancienne de l'usine reprendra du service le 17 mai. Mais la construction des nouvelles installations se poursuivra jusqu'en mai 2014. Un chantier à 9,9 millions TTC, avec plusieurs contraintes : « S'inscrire dans  de l'existant, en zone urbaine, avec peu d'espace. » Un acousticien a été associé au projet : « Les moteurs sont prévus en sous-sol, par exemple. »